Les étudiants à l'Université d’État de Nicholls revitalisent leur club français

L'apprentissage de la langue et la culture française a aidé ces élèves à apprécier et mieux se connecter à une grande partie de leur histoire.

Les membres du club français à l'Université d’État de Nicholls à Vermilionville en décembre 2020. (Photo fourni par le club français de Nicholls)..

Avant 2019, le club français à l'Université d’État de Nicholls était largement inactif. Le manque de participation des étudiants a empêché le club de prospérer, ce qui a finalement conduit le club à rester en sommeil pendant quelques années.


“J’ai pensé, ‘Bon, s’il n’y a personne qui s’intéresse, on n’a pas vraiment un club.’ Donc j’ai décidé que le club va être un peu dormant," a déclaré Robin White, professeur agrégé d'anglais et de français à Nicholls. "Mais quand j’ai eu quelques étudiants qui avaient avancés avec ses études en français, je savais que ces étudiants était sérieux, et comme ça, le club dans son état actuel a commencé à exister."


Pendant le semestre d'automne 2019, White a fait la connaissance d’un groupe de trois étudiants de première année qui manifestaient un intérêt sérieux pour la langue et la culture franco-louisianaise. Après avoir vu à quel point ils se souciaient du sujet, elle leur a proposé l'idée de réorganiser le club français, un projet que les trois ont accepté volontiers. Cooper Moore, président par intérim du club, avec Seth Bergeron, vice-président et Sarah Oubre, coordinatrice des événements, ont dirigé ce qui était certes un petit club, composé d'une poignée d'étudiants inscrits dans la classe de White.


“Ce qui n'était à l'origine que votre cours de français standard est rapidement devenu la base du nouveau club français à Nicholls,” Moore a déclaré.


Depuis, leur passion pour le français et l'avenir de la langue ont attiré de nouveaux membres et ont contribué à augmenter leur nombre. Un fait intéressant, les étudiants ont tous des majeurs différentes tels que les sciences politiques, la chimie, l'anglais, les affaires, la cuisine, ou la géologie. Bien qu'ils poursuivent des parcours académiques différents, ils ont trouvé un amour commun pour le français et cela les a tous réunis.

"Apprendre le français ne m'a pas seulement aidé à approfondir ma connexion avec mon grand-père à travers la langue, cela m'a permis de comprendre les adversités associées au français de Louisiane et de développer une appréciation pour mon histoire et ma culture."

Beaucoup de membres actuels ont des grands-parents ou d'autres proches qui parlent français, ou ils connaissent un franco-louisianais. Malheureusement pour ces étudiants, la langue n'a pas été transmise de manière adéquate à travers les générations, en raison de la stigmatisation qui y est associée. À partir de 1921, la majorité de louisianais qui avait appris le français comme langue maternelle avaient été découragés de parler français à l'école quand ils étaient plus jeunes et souvent punis pour cela. L'apprentissage de la langue et de la culture françaises à Nicholls a aidé ces élèves, descendants de la génération précédente, à mieux se connecter et à apprécier cette partie de leur histoire.


“Mon grand-père parle français, mais il ne l’a jamais enseigné à ma mère parce qu'il avait peur de le faire reculer, à cause de ses propres expériences," a déclaré Oubre, coordinatrice des événements. "Apprendre le français ne m'a pas seulement aidé à approfondir ma connexion avec mon grand-père à travers la langue, cela m'a permis de comprendre les adversités associées au français de Louisiane et de développer une appréciation pour mon histoire et ma culture."


Promouvoir la culture de la Louisiane


L’objectif principal des étudiants pour le nouveau club français est d’aider à promouvoir la culture cadienne et créole dans le sud de la Louisiane, en particulier à Thibodaux dans la paroisse de Lafourche. Dans les paroisses environnantes, comme Terrebonne, la langue française existe principalement parmi les personnes âgées et la tribu amérindien Houma. Le français louisianais a joué un rôle important dans la formation de ces communautés, et Moore espère que le club français pourra restaurer son importance en l'introduisant et en le partageant avec un public plus jeune.


Une façon dont Moore espère y parvenir est de s'impliquer dans la communauté. Bien que leurs efforts aient été légèrement retardés en raison de la pandémie de COVID 19, Moore espère pouvoir visiter certaines des plantations locales et d'autres régions qui ont le français dans leur histoire. Certains membres du club ont récemment organisé un voyage à Lafayette pour faire le tour de Vermillionville et apprendre l'histoire du petit village. Les membres du conseil exécutif du club espèrent en particulier d’avoir un jour l’occasion de s’engager dans les programmes locaux d’immersion française.


“Dans notre situation en Louisiane, je pense qu’on ne dit pas : Tiens. C’est important pour nous d’au moins de parler avec les Canadiens, de parler avec les Français, de parler avec les Antillais,’” White a déclaré.


Pour maintenir le français vivant en Louisiane, il est nécessaire que tous les franco-louisianais reconnaissent les différents groupes de francophones qui résident icitte, White a déclaré. Elle a estimé que cela comprend une connaissance de la variété des cultures autour l’État et de profiter des ressources disponibles pour éviter que cette partie de l'histoire de la Louisiane ne s'éteigne. Elle espère que le club français à Nicholls pourra aider avec ça.


À l'avenir


Aussi, les membres du club voudraient améliorer leurs propres compétences linguistiques en français. Avoir l'opportunité d'étudier le français avec d'autres personnes qui se soucient vraiment de la langue encourage les étudiants à poursuivre leur parcours éducatif en français. Asteur, six étudiants dans le club sont après d’étudier le français au-delà du niveau débutant, chacun avec l'espoir d'obtenir un diplôme mineur en français. Parmi eux-autres, quatre suivront un programme d'immersion française de cinq semaines à l'Université Sainte-Anne en Nouvelle-Écosse, au Canada, au cours de l'été 2021.


“Le français est quelque chose qui m'intéresse depuis toujours," a déclaré Bergeron, vice-président. "Aller à Sainte-Anne me donnerait l'opportunité de me plonger pleinement dans la langue française et me donnerait aussi la possibilité de comprendre à fond sa structure et sa beauté. Très peu de français était parlé dans ma famille, donc ce sera un bon défi pour moi de passer de parler uniquement français en classe à ne parler que français pendant cinq semaines d'affilée."


Bergeron, a-t-il dit, que le club aimerait envoyer un groupe d'environ trois ou quatre étudiants pour assister au programme chaque année.


Malgré sa petite taille, le club français à Nicholls est ambitieux. Ses membres pensent qu'ils continueront de s'efforcer d'avoir un impact à leur université et à travers leur communauté.

1,080 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout
  • Facebook
  • White Instagram Icon
  • Twitter
  • YouTube
Télé-Louisiane-logo-white-stateonly.pn